TOCOPILLA (CHILI) ZONE DE SACRIFICE ENVIRONNEMENTAL

Par Damir GALAZ-MANDAKOVIC

Docteur en Histoire, Université Rennes2 et Doctor en Antropología, Universidad Católica del Norte.

Séminaire du LIA MINES ATACAMA, Rennes 2 et 3 mai 2016.

CERHIO UMR 6258, Université Rennes2 Campus Villejean, Nº105.

Nous portons notre attention sur les processus de brûlage de combustibles fossiles et les différentes conséquences environnementales associées à la thermo génération d’énergie électrique. Cette « brûlure » de combustible s’est alimentée en pétrole, charbon, petcoke ou coke de pétrole, favorisant une structure contaminante tout au long du XXème siècle, jusqu’à aujourd’hui. Le port de Tocopilla devient dans ce contexte une zone de sacrifice environnemental. C’est finalement la population, celle qui donna son corps pour le développement de la thermoélectrique et du capitalisme minier à des niveaux industriels depuis 1915, qui s’en retrouve affectée.

Les « Zones de Sacrifice » sont des localités que se sont vues forcées à se sacrifier ou s’immoler pour le « développement » et le « bien-être » du reste du pays. La dénomination de « zone de sacrifice » fait référence à l’impact intense et étendu de la pollution industrielle. Celle-ci dépasse la question environnementale et embrasse intégralement tous les autres domaines de la vie sur le territoire. L’économie domestique s’en trouve altérée et toute capacité de développement humain devient impossible.

Ces zones de sacrifices démontrent que la question de la pollution environnementale est intimement liée aux schémas d’inégalité sociale et d’asymétrie économique. Ainsi ce sont les communautés aux revenus les plus faibles qui doivent supporter/endosser/assumer et contenir les effets négatifs de la croissance économique de la société dans son   ensemble.

Considérer Tocopilla comme une zone de sacrifice nécessite de l’inscrire dans le cadre de compréhension du territoire sous processus de colonisation. Aux traces économiques, technologiques, symboliques et politiques, s’ajoutent de profondes marques écologiques. Pour coloniser la côte d’Atacama, pour brûler des combustibles et générer de l’électricité pour la mine, il a fallu rendre fonctionnel, fonctionnaliser le territoire, le fragmenter à la faveur /dans l’intérêt du projet capitaliste. Ceci c’est fait en altérant/dégradant délibérément l’environnement, ses natures et ses ressources. Extraire, brûler et déposer des milliers de tonnes de cendres, résultat de la combustion du charbon, produit de véritables montagnes de décombres /gravats qui archivent et témoignent d’une forme de colonisation de Tocopilla.

Le sacrifice de Tocopilla est un exemple des faces cachées de la lune, nous savons qu’elles existent, mais nous ne les voyons pas. Ce sont ces circonstances locales qui mettent en évidence les crises et les négativités (les aspects négatifs) du capitalisme et du marché mondial. Les conditions et les antagonismes de la production capitaliste, de l’extraction à grande échelle et le désintérêt pour les populations locales sont pourtant flagrants. Ce sont ces populations qui assument la part négative pour que l’industrie minière puisse perdurer comme le « salaire du Chili ». Mais pour que le « salaire du Chili » puisse exister il a fallu des corps et des territoires sacrifiés.

Figure 1. Pollution grave provenant des centrales thermoélectriques de Norgener et d’Electroandina (ENGIE), des gaz et des matières particulaires contenant des métaux lourds qui endommagent la population. Photographe: Armando Muñoz Moreno (2008).

Le sol, l’air, la mer et les corps se transformèrent en un groupe d’éléments du cycle productif, mais duquel personne ne répond et en raison duquel on ne paie et ne fournit que le cimetière local.

C’est le résultat d’une relation de production que laisse sonem preintesur les relations humaines et environnementales, qui produit une densité historique profonde.

Les archives de la technologie et son corollaire fétichiste pour les historiens et photographes des machines, turbines, chaudières et cheminées sont à Tocopilla. Sont également là-bas les archives croissantes des cimetières et les montagnes de cendres de charbon, qui augmentent chaque jour.

En analysant l’impact environnemental de la génération électrique, nous pouvons dire que l’usage du pétrole augmenta graduellement depuis le mois de mai 1915. L’évolution des installations, produit de l’accroissement du gisement cuprifère, a conduit à la consolidation de la « planta » à basse pression (unités 1 à 7) et de la Topping Plant (unité 8) en 1938. C’est en 1958 qu’entre en service l’Unité 9m la première unité   à   haute   pression.

Les usines thermoélectriques fonctionnant au pétrole étaient les plus répandues au début du XXème siècle. Dans cette tradition technologique, la centrale thermoélectrique de Tocopilla se constituait d’une chaudière dans laquelle l’on brûlait le pétrole pour générer de la chaleur, qui se transférait par des tubes par lesquels circulait l’eau qui s’évaporait. Cette vapeur obtenue à haute pression et haute température, se répandait dans une turbine de vapeur, dont le mouvement impulsait un alternateur qui générait de l’électricité. Ensuite, la vapeur était refroidie dans un condensateur dans lequel circulait dans des tubes de l’eau froide d’un débit ouvert d’eau de mer. La fumée qui en émanait, se dirigeait vers la   population toute entière.

Une fois la mise en route effectuée par la combustion du pétrole, la qualité de l’air s’en trouve altérée, ce qui à long terme implique de sévères dommages. Les usines thermoélectriques sont considérés comme les plus contaminants et source substantielle / considérable d’importantes émissions dans l’atmosphère. La combustion qui survient dans les projets thermoélectrique émet du dioxyde de soufre (SO 2) désoxydes d’azote(NO x), du monoxyde de carbone (CO), du dioxyde de carbone (CO 2) et diverses particules contenant des   métaux   lourds.

L’eau de mer est nécessaire aujourd’hui encore pour le refroidissement des turbines. Une fois usées, les eaux sont rejetées à la mer. On doit cependant prendre en compte l’effet de chaleur résiduel sur la température de l’eau environnante pour envisager de réutiliser l’eau du refroidissement, sans recyclage. Une augmentation minime de la température de l’eau altère radicalement l’ensemble des plantes et de la faune marine. Le problème réside dans la fait que l’eau chaude déversée dans la mer, de part sa quantité et sa température élevée, dépasse le taux de renouvellement naturel de l’eau de la baie de Tocopilla. Cela diminue drastiquement la capacité de dispersion de la chaleur produite par les systèmes de condensation à vapeur et ajoutée à l’eau de mer. Le système de refroidissement naturel devient alors moins efficace : il est plus lent et dans l’incapacité de normaliser la température de l’eau.

Le réchauffement des eaux des eaux de la côte a des effets très prononcés sur le biote marin. En plus de l’eau absorbée par la thermoélectrique pour être passée par les condensateurs, des organismes du phyto et du zooplancton, tels que les œufs et les larves de mollusques, crustacés et poissons sont également absorbés. Ces organismes sont anéantis par la pression avec laquelle circule l’eau dans les tubes d’échange caloriques, par les différences de températures et par les substances chimiques et biocides, employés pour prévenir la corrosion des condensateurs et l’incrustation d’organismes de résistance   extrême.

Les rejets d’eaux chaudes dans la mer augmentent clairement la température de l’eau. Cela altère radicalement les communautés de plantes et d’animaux aquatiques et implique que les organismes s’adaptent à des températures plus élevées. Mais les nouvelles communautés sont elles vulnérables à l’effet inverse : une brusque réduction de la température, par exemple après l’arrêt de l’usine, due à des pannes ou un entretien programmé. Au cours de l’histoire, cela a provoqué de nombreuses fois de quantités de poissons échoués sur les   côtes.

On ne rejette pas uniquement de l’eau chaude, mais aussi l’eau des traitements, l’eau de lavage du système de refroidissement, de la chaudière, du déminéralisateur, du régénérateur de résine, de l’éliminateur de cendres et de l’écoulement de l’ensemble de charbon, de cendre et de la cour où sont amoncelés les minerais extraits. A cela s’ajoute les autres écoulements de faible volume dus aux accidents ou aux fuites. Ces effluents contiennent différentes combinaisons de métaux et autres produits chimiques.

Il est notoire que les émissions des usines thermoélectriques provoquent des pluies acides. Mais à Tocopilla, située sur la côte, en marge d’Atacama, les pluies sont rares. Nous pouvons néanmoins parler de brumes acides. Des brumes chargées d’émanations qui en deviennent toxiques. L’utilisation du pétrole et par la suite du charbon génère la quantité suffisante de CO2 et de NOx dans l’atmosphère pour lui imputer le réchauffement   climatique.

Les importantes émissions générées sont chargées d’anhydride sulfureux et de particules fines, connues comme le PM10. Ces particules sont riches en vanadium, un irritant puissant des membranes muqueuses des yeux et du nez, il irrite la gorge, affecte l’appareil respiratoire et la peau. Le nickel est quand à lui un agent de développement de cancer des poumons et des sinus paranasales causant des irritations répétés de la peau et des voies respiratoires. Le chrome est également considéré comme un métal lourd cancérigène. Rappelons que le Chrome émis dans l’atmosphère, réagit avec l’humidité, se dépose alors dans les eaux de mer et des sols et la population l’ingère par l’air mais également la nourriture. Le chrome hexavalent où chrome (VI) [6e état d’oxydation du chrome] est considéré par l’OMS comme un élément cancérigène.

Face aux controverses, aux critiques, aux questionnements concernant la réalité de Tocopilla, la Commission Régionale pour l’environnement de la région d’Antofagasta (COREMA) a finalement demandé une étude environnementale à l’entreprise DICTUC, qui dépend de l’Université Catholique Pontificale du Chili. Cette étude consiste principalement à dresser un inventaire des émissions atmosphériques pour la Zone de Tocopilla, en incluant les sources stationnaires comme les sources mobiles. Les plus fortes émissions de MP10 à Tocopilla proviennent des thermoélectriques de NORGENER (24%) et d’ELECTROANDINA (ENGIE, France), (72%), pour un total estimé de 96 % de 1,783 de tonnes par an. Les plus importantes émissions de SO2 émanent de NORGENER (32%) et d’ELECTROANDINA (ENGIE, France), (67%), avec 99% du total estimé de 27,393 tonnes par an. Pour les seules émissions de NO x, avec des apports significatifs (9,4%), les thermoélectriques sont responsables de 90% du total estimé de 17,636 tonnes par an.

Malgré le lobby des entreprises et les pressions politiques, Tocopilla fut déclarée « zone saturée de pollution » en 2006, prenant en compte un rayon de 80 kilomètres carrés. Pour autant,   les   pluies de cendres de charbon continuèrent à tomber sur les populations.

L’impact environnemental des activités du capitalisme minier sur la santé de la population locale d’une part, fut visible parce que les personnes tombèrent malades rapidement, mais d’autre part et ce jusqu’aujourd’hui, aucun lien n’est fait entre les cas de malades, les chiffres officiels et la responsabilité́ des thermoélectriques. Et ce, en raison de forces, de pressions, qui tentent de passer sous silence, d’effacer les connexions qui pourraient être établies.

En observant la réalité de Tocopilla ces dernières années, les chiffres officiels révèlent un taux élevé de cancers et de maladies cardiovasculaires. Le Service de Santé d’Antofagasta l’a déjà signalé : de 2003 à 2008, le taux de mortalité de la commune est monté en flèche, devenant le plus élevé de la région et un des plus haut du pays. D’ailleurs en 2005 l’indice a doublé par rapport à la moyenne de la zone, atteignant 8,8% contre 4,4%. La moyenne nationale   était   quant à elle de 5,3%.

Un autre chiffre alarmant provient des données du cimetière local, dans lequel ont entera ente 16 et 18 morts. 2010 fut marqué par le décès de 196 personnes, c’est à dire, un habitant de Tocopilla sur 120. D’autre part, en 2008, le taux de mortalité infantile dans la province de Tocopilla était de 14,2%. La moyenne nationale se situait autour de la moitié :   7,8%.

Au regard des données publiées par l’Institut Nationale de Statistique, croisés avec les registres de décès régionaux, entre 1982 et 2001, nous constatons que les taux de mortalités dans la Province de Tocopilla étaient en augmentation. Avec un saut significatif au changement e millénaire : des chiffres élevés qui coïncident avec l’introduction du petcoke en NORGENER, en 2001, puis à l’ELECTROANDINA (ENGIE, France), en 2004. L’année suivante, les résultats négatifs furent malheureusement évidents : 7,4% à Tocopilla, tandis qu’à Antofagasta le taux était de 4,5% et 3,7% à Calama. Le taux de Tocopilla est ostensiblement supérieur à la moyenne régionale pondérée de 4,4%.

En 2007 nous observons que les taux de tumeurs malignes de la trachée, des bronches et des poumons dans la région d’Antofagasta, conjointement à la région de Calama, atteignaient des niveaux significativement plus élevés que dans la région métropolitaine, celle de Maule, de Biobío et celle d’Araucanie. Dans ce contexte, cinq communes de la région d’Antofagasta se distinguaient par des taux croissants, extrêmement élevés : María Elena, Taltal, Mejillones, Tocopilla et Antofagasta.

D’autre part, en ce qui concerne les maladies ischémiques du cœur, Tocopilla se distingue négativement au niveau national par son taux élevé. En croisant les statistiques vitales du Ministère de la Santé pour les sept dernières années disponibles (1997-2003), et les données de recensement de la population de 2002, par tranches d’âge, par sexe et par communes, on peut en conclure que Tocopilla fait partie des huit villes qui comptent le plus de problèmes. Il a également été enregistré la présence de nickel dans les urines d’écoliers de maternelle.

Pièces jointes : pollution dans la mer de Tocopilla


Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.